Entretien avec Mgr Pierre Goudreault

Publié le : 2022-10-07 à 10h45 | Catégorie : Babillard

Crédit photo : (Site web du diocèse de Sainte-Anne)

Question : «Comment devient-on témoin ? Par où commencer ?»

Réponse : «Devenir un disciple-missionnaire demande d’abord que nous prenions conscience de notre besoin de vivre une conversion personnelle. Il s’agit de discerner ce qui a besoin de changer en nous pour mieux vivre le message de l’Évangile.

Cela demande même de vivre une conversion continue. C’est pourquoi l’Avent et le Carême viennent nous convier, à chaque année, à transformer nos vies. De plus, nous prenons conscience que le fait de témoigner du Christ, c'est exigeant !

Il importe de vivre aussi une conversion missionnaire. Cela nécessite que nous quittions nos zones de confort où nous sommes habitués à vivre entre croyants et croyantes afin d’aller annoncer l’Évangile à ceux et celles qui connaissent peu Jésus Christ ou qui ne l’ont pas rencontré.

On devient missionnaire en reconnaissant humblement que l’on ne sait pas comment le faire. C’est le bon point de départ. Pourquoi ? Parce qu'il importe de reconnaître que c’est d’abord l’Esprit Saint qui évangélise les coeurs.

Avant même que nous vivions une rencontre avec une personne, l’Évangile est déjà dans le coeur de l’autre. Nous avons à en prendre conscience et à éveiller l’autre à cette Présence. En nous mettant à l’écoute de l’Esprit Saint, celui-ci peut nous apprendre à devenir de réels témoins.

De manière générale, nous sommes missionnaires par le témoignage de notre vie qui promeut les valeurs et le message de Jésus, par notre intérêt manifesté à ce que les autres vivent, par notre vie de prière, par nos comportements inspirés de l’Évangile, par nos options pour la justice et les personnes appauvries ainsi que par nos paroles animées du récit de notre rencontre avec le Christ.

Question : «Qu’est-ce qui fait la qualité d’un témoin, qu’est-ce qui donne un sens au témoignage?»

Réponse : «Le témoin du Christ ne fait pas que se livrer ou parler de lui-même. Par sa vie, ses gestes et ses paroles, il s’éveille lui-même et il éveille les autres à la présence de Dieu en soi, source d’un réel bonheur dans son existence. C’est pourquoi il importe que le disciple-missionnaire soit bien ancré dans sa relation personnelle et communautaire avec Dieu. Alors, il peut témoigner d’une présence en lui, qui est plus grande que lui, qui n’est pas que de lui et qui appelle ce qu’il y a meilleur en lui et en l'autre.»


Lire sa biographie